Bleus: une victoire peu convaincante face au Luxembourg

Publié le par Miss Lili

Ce n'est certainement pas la victoire la plus prestigieuse, ni la plus aboutie remportée sous l'ère Laurent Blanc. Mais Luxembourg-France (0-2) contribuera au moins à maintenir les Bleus dans leur dynamique de victoires. Campagne qualificative à l'Euro et matches amicaux compris, les Bleus restent sur six succès de rang. Alors que la Biélorussie en découdra avec l'Albanie samedi, les équipiers de Samir Nasri, promu capitaine pour l'occasion, sont assurés de débarquer à Minsk le 4 juin prochain avec le dossard de leader sur leurs épaules. Ils comptent provisoirement quatre longueurs d'avance sur leur dauphin.

 

 Un exploit individuel ou un coup de pied arrêté. Le scénario avait été écrit à l'avance. Il ne satisfera certainement qu'à moitié Laurent Blanc. Avec Ribéry, Nasri, Gourcuff et Benzema alignés d'entrée, la promesse d'un cocktail explosif a fait pschitt. A trop se plaindre de la circulation de balle jugée trop «lente» à l'aller, le sélectionneur a obtenu l'effet inverse de celui escompté. Entre vitesse et précipitation, ses joueurs ont éprouvé toutes les peines du monde à trouver le juste milieu. Résultat ? Beaucoup trop de déchets techniques et de mauvais choix pour espérer contrarier la solide organisation mise en place par Luc Holtz. Si les Bleus se sont montrés plus incisifs après l'ouverture du score de Mexès (28e), ni Sagna (40e), ni Benzema (42e, 67e, 78e), ni Rami (65e) ne sont parvenus à tromper la vigilance de Jonathan Joubert. Une reprise de volée de Yoann Gourcuff (72e) après un centre de... Ribéry leur a néanmoins offert une fin de match paisible.

Dans une ambiance plus proche d'un huis clos que d'un match international - une aubaine pour Franck Ribéry et Patrice Evra qui ont malgré tout essuyé quelques sifflets lors de l'annonce des deux équipes - les Bleus ont ouvert la marque sur leur premier coup de pied arrêté bien tiré. Coïncidence ? Il a été frappé par Samir Nasri après que Yoann Gourcuff se soit poliment effacé. Même à 1-0 en leur faveur, les joueurs de Laurent Blanc ont cependant continué à souffler le chaud et le froid. Ils ne sont jamais parvenus à emballer la rencontre, sans que la faute en incombe aux seuls Luxembourgeois. Regroupés dans leur camp, Mario Mutsch et ses équipiers ont également affiché d'autres velléités, à l'image du vent de panique qui a soufflé dans la défense tricolore à l'heure de jeu ou encore de cette frappe repoussée pas Lloris en fin de match (90e). Sans se montrer sûre de son fait, l'équipe de France a rempli l'objectif que Laurent Blanc lui avait fixé : prendre six points face à l'adversaire présumé le plus faible du groupe D. C'est l'essentiel.

 

source: L'Equipe

Publié dans News => France

Commenter cet article