Tunisie 1-1 France: plus brouillon cette fois

Publié le par Miss Lili

TUNISIE - FRANCE : 1-1
Buts : Jemaa (6e) pour la Tunisie et Gallas (62e) pour la France


Le vent d'optimisme qui soufflait dans le ciel des Bleus après leur succès face au Costa Rica (2-1) s'est quelque peu estompé en traversant la Méditerranée. A J-12 avant le début du Mondial, le voyage en Tunisie a en effet confirmé les chantiers qui attendent Raymond Domenech : la défense et le poste d'avant-centre. Cela a donné un résultat nul (1-1) rendu peu lisible par l'entrée en jeu de sept joueurs en seconde période, dont celle de Marc Planus, qui a honoré sa première sélection. A Lens, le sélectionneur avait pourtant pointé du doigt les écueils qui pouvaient attendre l'équipe de France : "Il y a des moments très intéressants dans l'animation offensive et des moments plus délicats dans la récupération, en défense. C'est lié au système". Mais l'équilibre n'a pas encore été trouvé. Sans surprise, les mêmes joueurs alignés mercredi ont été reconduits à Radès pour rôder le nouveau schéma, à l'exception d'Hugo Lloris, de retour dans le but tricolore à la place de Steve Mandanda.


Pour son deuxième match de préparation, le nouveau visage des Bleus s'est confirmé. Dans ce schéma tactique, la France encaissera sûrement des buts. C'est ce qu'elle a fait, encore une fois, en cédant en début de match face à Issam Jemaa (6e, 1-0). Si on ne peut pas vraiment incriminer le 4-3-3, dans lequel il faudra néanmoins apprendre à bloquer les couloirs, le tandem Gallas-Abidal doit encore trouver ses automatismes. Ben Khalfallah, parti à la limite du hors-jeu, aurait même pu punir l'arrière-garde française sans une passe mal ajustée pour Jemaa (9e). Mais William Gallas a rassuré sur un point : son mollet a tenu un peu plus de 60 minutes. Pour le reste, son égalisation de la tête (62e, 1-1) a sauvé une prestation assez terne, notamment son placement sur l'ouverture du score.


Valbuena reste sur le banc


Si la défense sera exposée, les hommes de Domenech devraient aussi se créer beaucoup d'occasions. C'est ce qu'ils ont fait une nouvelle fois face aux Tunisiens. En manquant de réalisme, pour reprendre une vieille habitude. Gourcuff, sur coup franc (15e, 20e) ou de loin (30e), Ribéry (15e, 23e, 35e) ou Govou (21e, 26e, 33e) ont eu la fâcheuse tendance à pécher dans le dernier geste. Il n'était pas facile, non plus, de trouver Nicolas Anelka. L'attaquant de pointe fut une nouvelle fois très attiré par le milieu du terrain.


Mais quelles sont les autres solutions ? Henry ? Remplaçant au coup d'envoi, il est entré après la pause à... gauche à la place Franck Ribéry, toujours aussi remuant. Gignac ? Le Toulousain, entré à la 64e minute, a le profil du poste mais il n'a pas vraiment marqué des points. Cissé ? Idem. Les Bleus ont même terminé la rencontre avec les trois numéro 9 alignés ensemble. Sans succès. Valbuena, la note de fraîcheur des Bleus face au Costa Rica, n'a cette fois pas quitté le banc. En revanche, Diaby a encore réussi sa rentrée. Le côté gauche reste le point fort des Bleus, au risque de réduire le côté droit à la portion congrue. Mais il ne reste qu'un seul match à Raymond Domenech, vendredi à La Réunion face à la Chine, pour trouver les bons équilibres.

 

Source: Eurosport

Publié dans News => France

Commenter cet article